Tuesday 11 May 2021
Home      All news      Contact us      RSS     
reliefweb - 25 days ago

World: L équité vaccinale est le « défi de notre temps », déclare le chef de l OMS, alors que les gouvernements appellent à la solidarité

Country: World Source: UN News Service Alors que le nombre de nouveaux cas de Covid-19 a presque doubl au cours des deux derniers mois, la distribution in gale des vaccins n est pas seulement un scandale moral, mais aussi un chec conomique et pid miologique, a d clar vendredi le chef de l agence de sant des Nations Unies lors d une r union minist rielle extraordinaire du Conseil conomique et social (ECOSOC). Le sommet - qui s est tenu en format virtuel sur le th me Un vaccin pour tous - a r uni des hauts fonctionnaires des Nations Unies, des gouvernements, des entreprises, de la communaut scientifique et de la soci t civile, qui ont explor les moyens de garantir l galit d acc s au vaccin en tant que bien public mondial, et de renforcer la pr paration des pays sa distribution. L quit en mati re de vaccins est le d fi de notre temps , a d clar Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur g n ral de l Organisation mondiale de la sant (OMS), dans son discours d ouverture. Et nous sommes en train d chouer , a-t-il d plor . De fortes disparit s Pour enfoncer le clou, il a indiqu que sur les 832 millions de doses de vaccin administr es, 82 % sont all es des pays revenu lev ou interm diaire sup rieur, tandis que seulement 0,2 % ont t envoy es leurs homologues faible revenu. Rien que dans les pays revenu lev , une personne sur quatre a re u un vaccin, un ratio qui chute pr cipitamment 1 sur 500 dans les pays plus pauvres. La propagation rapide des variantes, l utilisation incoh rente et l assouplissement pr matur des mesures de sant publique, la lassitude l gard des restrictions sociales et l in galit dramatique de la couverture vaccinale sont autant de facteurs qui ont conduit un pic alarmant de nouveaux cas et de d c s, a d clar le Directeur g n ral de l OMS. Un partenariat, pas du favoritisme L heure est au partenariat, pas au favoritisme , a soulign le Dr Tedros. Nous avons les outils n cessaires pour mettre fin cette pand mie , a-t-il ajout . L acc l rateur d acc s aux outils contre la Covid-19, cr par l OMS et ses partenaires, ainsi que le dispositif COVAX, peuvent viter les erreurs du pass - lorsque le monde, il y a 40 ans, a tard d ployer des antir troviraux salvateurs dans les pays pauvres pendant la crise du VIH et du sida. Aujourd hui, m me si le COVAX a distribu 40 millions de doses 100 pays, c est loin d tre suffisant, a-t-il fait valoir. L OMS s attendait distribuer 100 millions de doses ce jour. Certains pays n ont rien re u, d autres n en ont pas re u assez, et d autres encore ne re oivent pas la deuxi me s rie de doses temps. Le probl me n est pas de sortir les vaccins du COVAX , a-t-il assur . Le probl me est de les faire entrer , a-t-il pr cis . L OMS travaille avec Gavi, l Alliance pour les vaccins et la Coalition pour les innovations en mati re de pr paration aux pid mies afin d augmenter la production et l approvisionnement, a-t-il pr cis . Un groupe de travail sur la fabrication due COVAX a t cr et, fait prometteur, un nouveau partenariat pour la fabrication en Afrique va tre mis en place par l Union africaine. Il vise cr er cinq centres de production de vaccins sur le continent, en commen ant par trois installations d ARNm au Rwanda, au S n gal et en Afrique du Sud. L OMS d veloppe galement une capacit r glementaire r gionale par le biais de l Agence africaine des m dicaments. Le Soudan est le premier pays de la r gion MENA recevoir des vaccins Covid-19 dans le cadre de l initiative COVAX visant garantir un acc s quitable pour tous. . M. Tedros a appel les pays disposant de suffisamment de vaccins pour couvrir leur population plusieurs fois faire des dons imm diats au COVAX. Plus g n ralement, il est essentiel d explorer toutes les possibilit s de stimuler la production - y compris les licences volontaires, les pools technologiques et la renonciation certaines dispositions relatives la propri t intellectuelle - et d investir dans la fabrication locale de vaccins. L OMS continuera fournir une assistance technique et ajouter des bases de fabrication en Afrique, en Asie et en Am rique latine. Jamais, au cours de ses 75 ans d existence, le r le des Nations Unies n a t aussi important. Nous ne pouvons pas vaincre ce virus un pays la fois , a-t-il d clar . Nous ne pouvons le faire qu avec un effort mondial coordonn , fond sur les principes de solidarit , d quit et de partage , a ajout le chef de l ONU. OMC : des solutions pratiques Ngozi Okonjo-Iweala, Directrice g n rale de l Organisation mondiale du commerce (OMC), a qualifi ces disparit s de moralement inadmissibles . S attaquer l iniquit est une t che qui confronte le monde de redoutables obstacles techniques, logistiques, politiques et politiques. Toutefois, ces obstacles peuvent tre surmont s de mani re pratique et empirique. Bien que l impulsion de conserver l approvisionnement soit compr hensible, il ne suffit pas de garantir la s curit personnelle. Nous devons trouver un moyen de partager , a-t-elle insist . Un r cent v nement de l OMC sur l quit en mati re de vaccins a donn lieu des conclusions encourageantes, a-t-elle ajout , indiquant clairement qu il existe un potentiel inexploit dans les pays en d veloppement pour accro tre la production et que des ressources sont disponibles pour financer de tels investissements. Les membres de l OMC ont r duit les restrictions l exportation de 109 dans pr s de 90 pays, 51 dans 62 pays, et avec un engagement pragmatique, a-t-elle dit, ils peuvent trouver des moyens de r pondre aux pr occupations en mati re de droits de propri t intellectuelle. La couverture universelle : la seule issue Munir Akram, pr sident de l ECOSOC, a soulign qu en plus d tre un imp ratif moral, la couverture vaccinale universelle est la seule issue r aliste la pand mie. Le diplomate pakistanais a appel acc l rer la production, r gler les questions de propri t intellectuelle, soutenir les syst mes de sant fragiles des pays en d veloppement, supprimer les restrictions l exportation et, surtout, financer l acc l rateur ACT et le m canisme COVAX de l OMS. Des mesures d cisives en faveur de l acc s universel sont une condition pr alable la reprise conomique, a-t-il assur . Le multilat ralisme son meilleur Aucun sujet n est aussi pertinent ou pertinent pour le monde d aujourd hui que celui des vaccins , a d clar Volkan Bozkir, pr sident de l Assembl e g n rale. Nos efforts n ont pas t parfaits , a-t-il reconnu. Nous devons terminer ce que nous avons commenc , a-t-il insist . Le diplomate turc a press les gouvernements de s engager nouveau en faveur des principes de solidarit humaine et de coop ration, soulignant que les progr s r alis s ce jour sont le r sultat de la collaboration des pays avec des centaines d entreprises et des milliers de scientifiques - le multilat ralisme son meilleur . En vue d atteindre l objectif des vaccins pour tous , il a galement exhort les pays accro tre les ressources du COVAX, investir dans la recherche, la production et la distribution de vaccins, faire don de vaccins aux pays dans le besoin et lutter contre la d sinformation afin de s assurer que tout le monde est inform des avantages de l inoculation. Il incombe aux Nations Unies et leurs E tats membres de donner suite ces demandes , a soulign le Pr sident de l Assembl e g n rale.


Latest News
Hashtags:   

World

 | 

équité

 | 

vaccinale

 | 

notre

 | 

temps

 | 

déclare

 | 

alors

 | 

gouvernements

 | 

appellent

 | 

solidarité

 | 

Sources