Wednesday 20 March 2019
Home      All news      Contact us     
reliefweb - 28 days ago

Chad: Tchad : Evaluation rapide de la sécurité alimentaire des ménages dans la ville de N’Djamena (Octobre 2018)

Source: World Food Programme, Government of Chad Country: Chad
Résumé Exécutif La forte baisse des prix du pétrole en 2014 a entrainé une série de difficultés économiques dont le pays peine à faire face. En 2016, le pays s’est engagé à édicter des mesures visant à réduire le train de vie de l’Etat. Cela a eu un impact sur la vie sociale tant sur les ménages dépendant directement des salaires versés par l’Etat. De plus, les menaces à la sécurité extérieure et intérieure et les chocs climatiques ont augmenté la fragilité du pays. Sur le plan alimentaire, les résultats de l’analyse de la consommation alimentaire indiquent que le niveau de consommation alimentaire des ménages mesuré en termes de diversité et de fréquence de consommation alimentaire est assez satisfaisant. La proximité de ces ménages urbains avec des marchés quotidiens, en général bien fournis en divers produits en toute saison, favorise l’accès physique à divers produits. Néanmoins, l’insuffisance des ressources financières pour certains ménages a limité leur accès à ces produits malgré leur disponibilité sur les marchés. En effet, en moyenne 91 150 francs CFA sont consacrés à l’achat de la nourriture ce qui peut être insuffisant pour couvrir convenablement les besoins alimentaires des ménages en aliments riche en diversifié. Corrélativement, l’analyse indique qu’environ 60% des ménages ont utilisé au moins une fois des stratégies alimentaires, le même pourcentage a aussi utilisé les stratégies basées sur les moyens d’existence. Globalement, il y apparait qu’environ 24% de ménages est en insécurité alimentaire dans la ville de N’Djamena dont 1.9% en insécurité alimentaire sévère. Cela correspond à 347 666 personnes en insécurité alimentaire dont 27 639 sous la forme sévère. Au regard du niveau de consommation alimentaire présenté ci-haut, ce résultat montre que les ménages maintiennent un bon niveau de consommation apparente au prix de plusieurs sacrifices : utilisation des stratégies alimentaires (limitation des quantités consommées, préférences pour les aliments moins chers) ou moyen d’existence, allocation plus importante des ressources à l’achat des aliments au détriment d’autres biens et services. Sur le plan nutritionnel, les résultats de l’enquête nutritionnelle à N’Djamena concernant la malnutrition aiguë ou la maigreur indiquent une proportion globale de 13,1% d #39;enfants atteints. Bien que cela présente une amélioration de l’état nutritionnel par rapport à l’année dernière (16,3%), la prévalence observée cette année reste supérieure à son niveau de 2016 (11,7%), période du pic de la détérioration de la situation économique. Concernant la malnutrition chronique et l’insuffisance pondérale, les taux restent en dessous des seuils d’urgence de l’OMS suggérant une détérioration plus récente de la situation nutritionnelle. Bien que les causes de la malnutrition soient nombreuses, la difficile situation économique depuis quelques années avec ces conséquences sur l’accès aux services de base, notamment la santé auraient eu une incidence majeure. Les difficultés d’accès aux aliments diversifiés en quantité et qualité constituent un facteur aggravant.


Latest News
Hashtags:   

Tchad

 | 

Evaluation

 | 

rapide

 | 

sécurité

 | 

alimentaire

 | 

ménages

 | 

ville

 | 

Djamena

 | 

Octobre

 | 
Most Popular (6 hours)

Most Popular (24 hours)

Most Popular (a week)

Sources